Le 19 mars dernier a eu lieu le Forum Achats responsables – L’évènement a été visité par plus de 300 personnes, un record depuis la première édition.

De nombreux adhérents sont intervenus sur plusieurs thèmes.  Les images de la journée et les présentations de toutes les interventions sont en ligne sur forum-achats.fr

En 10 ans, les achats responsables sont devenus une réalité pour 90% des répondants. Ils deviennent un enjeu majeur pour les directions générales, sont intégrés dans les stratégies RSE des entreprises et administrations et font partie intégrante des processus de maitrise des risques.

Cependant même si la plupart des freins au développement des achats responsables sont en régression, 2018 a vu la remontée de la perception d’objectifs contradictoires entre une approche responsable et une réduction directe des coûts à court terme. C’est un signal faible sur lequel nous devons être attentifs.

Nous avons dévoilé les résultats et les principaux enseignements du baromètre 2019 ObsAR /OpinionWay mardi 5 février à l’ObsAR. L’édition 2019, dixième édition du Baromètre, apporte un éclairage sur les évolutions qu’ont connu les achats responsables ces dernières années.

Retrouvez notre Communiqué de Presse ici. et la synthèse de nos principaux résultats ici.

Pour compléter ces informations, un article de la gazette des communes

Jeudi 6 septembre, à  l’Espace du Centenaire de la Maison de la RATP, nous avons diffusé une vidéo o๠différents acteurs internationaux faisaient le point sur l’avancement de la norme dans leur région du monde.
Vous pouvez retrouver cette vidéo ci-dessus et sur la chaîne YouTube si vous souhaitez la partager comme un encouragement à  tous ceux que les achats responsables intéressent !

Pour tous ceux qui n’ont pu assister à  la présentation du 1er baromètre ISO 20400 à  l’Espace du Centenaire à  Paris le 6 septembre dernier, vous pouvez retrouver les résultats complets ici. A partager sans modération!

Les principaux enseignements à  retenir de ce 1er baromètre:

  • 66% des entreprises de toutes tailles interrogées connaissent la norme ISO 20400 au moins de nom, ce qui est très encourageant compte tenu de la parution récente de la norme ( avril 2017)
  • 86% des grandes organisations françaises ont déjà  une politique d’achat responsable et 1 grand donneur d’ordre sur 8 a déjà  décidé de mettre en œuvre la norme volontaire ISO 20400
  • Conçue comme un véritable guide d’accompagnement à  la mise en œuvre d’une politique d’achat responsable, la norme ISO 20400 arrive à  point nommé pour aider les grandes organisations à  intégrer certaines contraintes dans leur supply chain , telles que le devoir de vigilance et la loi SAPIN II (76% des répondants déclarent intégrer le devoir de vigilance dans leur management du risque)
  • A lire: Les achats responsables gagnent du terrain dans Décisions-Achats
  • A lire : le chemin des achats responsables est fléché dans la Lettre des Achats

Ce baromètre sera désormais un rendez-vous annuel et pour vous accompagner sur la connaissance et l’implémentation de la norme ISO 20400, contactez-nous! Nous avons déjà  mené 10 missions d’évaluation de maturité au regard de la norme ISO 20400 et nous sommes une équipe d’évaluateurs confirmés sur le référentiel du label Relations fournisseurs et achats responsables (30 clients nous ont déjà  fait confiance).

Jeudi 6 septembre 2018 à  9h30 à  l’espace du Centenaire, Maison de la RATP
 
En lien avec la plupart des parties prenantes françaises actives sur les achats responsables, parmi lesquelles l’AFEP, PACTE PME, le C3D, le Médiateur des entreprises, les grands réseaux d’acheteurs français (CNA, ACA, DAE), l’ObsAR, le Ministère de l’économie et des finances et le Ministère de la transition écologique et solidaire, nous lançons avec A2 Consulting et d’autres sponsors le nouveau baromètre ISO 20400.

Il s’appuiera sur une enquête représentative réalisée auprès des grands donneurs d’ordre publics et privés, réalisée par Opinionway, et aura vocation à  mesurer chaque année l’avancement du déploiement de cette norme dans nos grandes organisations et des impacts de leur supply chain en matière de RSE.

Nous avons le plaisir de vous inviter le 6 septembre dès 9h30 à  l’espace du Centenaire, Maison de la RATP, pour assister à  la restitution de cette étude menée auprès des décideurs achat et RSE dans notre pays.

Des intervenants exceptionnels, représentant tous les types d’acteurs, feront lors de tables rondes un premier panorama de l’enjeu de ce déploiement ainsi que des outils et approches d’évaluation de performance qui sont désormais à  disposition sur le marché français ainsi qu’à  l’international.

 

Retrouvez bientôt le programme détaillé de cette matinée.

INSCRIVEZ-VOUS
Pour toute question sur cet événement, n’hésitez pas à  contacter A2 Consulting  : Lise LE GAL, lise.le-gal@a2consulting.fr

Des achats responsables dorénavant bien ancrés mais dont la mise en œuvre reste à  consolider.

Les résultats et les principaux enseignements du baromètre 2018 ObsAR /OpinionWay ont été présentés mardi 6 février à  l’ObsAR.

Des Achats Responsables ancrés

Le baromètre 2018 des achats responsables ObsAR repose sur un sondage annuel réalisé avec l’appui d’OpinionWay, auquel ont répondu 270 organisations (64% d’entreprises et 36% d’administrations). L’édition 2018 apporte, comme chaque année, des résultats intéressants.

Tout d’abord, 85% (+3%) des répondants déclarent avoir une bonne ou très bonne connaissance des Achats Responsables. 87% ont d’ailleurs mis en place une politique d’Achats Responsables dont 39% depuis plus de 5 ans. Pour 40% d’entre eux, l’approfondissement de cette politique est même une priorité. On voit donc que la démarche des Achats Responsables est clairement ancrée maintenant dans les organisations.

La mise en œuvre est cependant moins systématique

L’appréhension du coût global des produits reste un sujet complexe à  maîtriser d’o๠une vision plus réaliste dans les réponses quant à  son utilisation par les acheteurs. La réflexion en coût global est fortement associée aux « économies générées et à  la création de valeur pour l’organisation », élément qui arrive en 2ème position dans les postes de coûts chiffrés et conforte la tendance observée depuis le dernier baromètre qu’acheter responsable ne coûte pas plus cher, bien au contraire.

Un des faits marquants du baromètre, c’est que les acheteurs ont recours en priorité à  des fournisseurs installés sur le territoire pour 82%, puis à  des PME pour 74% avec une forte appétence pour les PME innovantes. C’est le secteur public qui met en place le plus de mesures visant à  s’adapter à  la taille des entreprises, avec des pratiques d’achats comme des procédures ou des contrats simplifiés. Les grandes entreprises commencent à  accorder plus de poids à  leurs achats à  des PME.

Le respect des délais de paiement reste un sujet o๠il reste beaucoup à  faire ; néanmoins la mise en place d’actions d’amélioration pour raccourcir les délais de paiement est à  souligner, particulièrement dans le public.

Moins d’une organisation sur 2 (48%) estime avoir une bonne connaissance de la performance RSE de ses fournisseurs. Les nouvelles exigences issues des récentes lois Sapin II et Devoir de vigilance, renforcent cette prise de conscience. Les questionnaires d’évaluation propre aux organisations (50%) et les audits internes et externes (48%) sont les moyens les plus utilisés pour évaluer les fournisseurs, principalement dans les entreprises privées de plus de 250 salariés.

La réduction des consommations notamment d’énergie reste un enjeu majeur vis-à -vis des fournisseurs. On voit également monter la préoccupation des PME d’acheter des produits qui durent plus longtemps et, si possible, éco-conçus.

Si pour les acheteurs publics l’insertion des personnes éloignées de l’emploi est privilégiée chez leurs fournisseurs, les PME plébiscitent le recours à  l’emploi local alors que les grandes entreprises valorisent le respect des droits de l’homme et les entreprises de services les actions en faveur de la diversité.

La fin de la « contrainte budgétaire  »

Concernant les freins, bonne nouvelle, la  « contrainte budgétaire  » qui était le premier frein en 2012 (55%) continue sa chute et n’est plus mentionnée que par 33% des répondants.

Les moteurs de la mise en œuvre des achats responsables restent la politique RSE de l’organisation, le respect des normes et, toujours, l’image. Mais, pour l’avenir, les achats responsables sont de plus en plus perçus comme un levier de performance et d’innovation (87%) et un moyen de réduction des risques.

Ci-joint extraits de la présentation  

https://www.obsar.asso.fr/public/812/telechargement/obsar-synthese-barometre-ar-2018.pdf

Article Décisions Achats

Article La gazette des communes

Article   la lettre des achats

Le cabinet ASEA est très fier d’avoir pu réaliser sa première évaluation du premier acteur public de l’Etat au regard de la norme ISO 20400: 2017 Achats responsables : Lignes directrices

Le référentiel utilisé est celui du Label Relations fournisseur et achats responsables, issu des travaux de convergence du label Relations Fournisseur Responsables et de la norme ISO 20400

Le Ministère des armées s’est vu décerné le 19 décembre à  Bercy par la Médiation des Entreprises et le Conseil National des Achats le nouveau label Relations fournisseurs et achats responsables, dont l’évaluation avait été effectuée par le cabinet ASEA

https://www.defense.gouv.fr/actualites/economie-et-technologie/le-ministere-des-armees-recoit-le-label-relations-fournisseurs-et-achats-responsables

 

 

Le cabinet ASEA a été agréé depuis juillet 2015 comme cabinet évaluateur du label et a déjà  réalisé plus de 30 missions d’évaluation pour 25 entreprises publiques et privées.

Nous connaissons parfaitement le référentiel Relations fournisseurs et achats responsables pour avoir participé aux travaux normatifs ISO 20400 (France et International) et aux travaux de convergence de la norme et du label.

Notre équipe d’évaluateurs partage les mêmes valeurs et les mêmes engagements sur le déploiement du label pour les TPE/PME comme source de création de valeur à  long terme et développement économique des territoires.

Le label est avant tout au service de la compétitivité des entreprises. C’est donc essentiel pour les TPE/PME de faire partie de la communauté des entreprises labellisées

C’est un outil pratique et pragmatique et applicable aux PME, comme l’est la norme ISO 20400. Il permet d’avoir un langage commun pour mieux collaborer avec les grands donneurs d’ordre mais aussi l’ensemble des fournisseurs .

Les TPE/PME pourront ainsi se différencier tout en étant plus compétitives dans le contexte mondial actuel.

Le label « Relations fournisseur et achats responsables » (RFAR), réservé jusqu’ici aux grands groupes, a été étendu aux TPE/PME depuis le 1er octobre 2017.

Ce label était jusqu’ici réservé aux grandes entreprises et entités publiques ciblées en priorité compte tenu de l’impact de leurs achats dans les différentes filières. Par ailleurs, la méthode d’évaluation initialement basée sur une analyse strictement documentaire ne permettait pas une prise en charge aisée pour les entreprises plus petites.

Ces dernières années, les TPE et PME ont formulé le souhait d’accéder à  ce label afin de démontrer leur volonté de s’inscrire dans une démarche d’amélioration des relations clients/fournisseurs à  leur niveau.

Après une période de test d’une durée de 3 ans menée avec 3 entreprises pionnières, la méthode d’évaluation du label a pu être adaptée aux structures des TPE/PME;

Les travaux de convergence du   label RFAR et de la norme ISO 20400 “achats responsables” ont été l’occasion d’impliquer des TPE/PME . La norme étant destinée à  tout type d’organisation, publique ou privée, quelle que soit sa taille et son secteur d’activité, il était logique que le label soit ouvert à  tous.

Retrouvez en vidéo les avantages de l’ouverture du label aux TPE et aux PME.

 

 

Le Label “Relations fournisseurs et achats responsables” entre en vigueur au 1er octobre 2017.

Il est désormais adossé à  la norme   ISO 20400 : 2017 Achats Responsables Lignes Directrices.

Il s’est donc enrichi d’un certain nombre de critères, comme l’engagement de la direction de l’organisation pour le succès des achats responsables, comme le management des risques et des opportunités liés aux décisions et au processus achats et le renforcement de l’intégration de la responsabilité sociétale dans le processus achats.

La méthodologie d’évaluation reste la même : le label est attribué pour 3 ans et nécessite une évaluation de conformité au référentiel du label par un organisme évaluateur et une   mise sous revue de critères rédhibitoires au cours des 2 années suivantes.

Depuis 2012, le label “Relations fournisseur responsables”   a distingué 39 grandes entreprises et entités publiques ayant fait la preuve de relations durables et équilibrées avec leurs fournisseurs. Asea a eu l’opportunité et le plaisir d’en évaluer 27 depuis 2015.

Retrouvez ici en vidéo les bénéfices pour une organisation publique ou privée de se faire évaluer avec le nouveau référentiel du label.https://www.youtube.com/watch?v=oRiHPnpXz1Q